Archive de la catgégorie ‘Lettre Transition Mai 2014’

Éditorial : Peut-on penser le management du futur ?

Peut-on penser le management du futur ?

Dans une période de mutation tous azimuts, est-il possible de construire de nouveaux points de repère pour marcher vers demain ?

Un des problèmes majeurs que l’on rencontre lorsqu’il s’agit de changer de paradigme (ensemble des croyances, valeurs, représentations, etc.) pour construire une nouvelle façon de penser est qu’il est très délicat de ne pas se référer à ce que l’on connaît déjà. Ce n’est pas une histoire de mauvaise volonté, c’est ainsi que le cerveau fonctionne. À moins d’une inspiration créatrice, comme un saut quantique, issu de son inconscient abyssal, l’être humain fait souvent du neuf avec du vieux. Il en est ainsi avec le management.

Gary Hamel signait en 2007 l’ouvrage « La fin du management, ou inventer les règles de demain » (Edition Vuibert) dans lequel il montrait comment l’innovation managériale était autant nécessaire que l’innovation technologique pour répondre aux mutations du monde de l’entreprise et du monde tout court.

Il y préconise « une refonte complète, drastique, de l’édifice vermoulu de principes, de processus et de pratiques du management actuel ». Cette refonte, il l’a nommée le chemin vers « le management 2.0 », à l’image de la technologie du Web qu’on dit 2.0. L’enjeu, dit-il, de l’innovation managériale est d’abord d’amplifier puis d’agréger l’effort humain de manière à permettre aux personnels de réaliser ensemble ce qu’ils n’auraient jamais pu réaliser seuls. Il rappelle notamment que dans les années 90, le Web 1.0 n’était guère qu’une collection géante de pages Internet statiques. Au XXIème siècle, le Web 2.0 se construit autour de nouvelles « architectures de participation […]. L’anatomie sociale du Net est un réseau où tout le monde est (potentiellement) connecté à tout le monde. Ici les processus de contrôle et de coordination horizontaux se substituent aux processus verticaux ».

De telles mutations managériales ne peuvent se faire sans un accompagnement qui n’est pas uniquement technologique. Il ne suffit pas de donner des outils, voire des structures organisationnelles 2.0 pour que les mentalités sachent comment passer de processus verticaux à l’interdépendance qui exige la parité entre acteurs et l’intégration de processus circulaires et horizontaux.

Nous proposons dans la lettre trimestrielle de printemps 2014 de l’institut maïeutis quelques articles de fond qui poursuivent la réflexion en matière de management, de gestion des hommes, de leadership, autant d’aspects qui se trouvent pris dans la dynamique de changement actuel.

Jérôme CurnierLe premier article aborde les questions liées à la dynamique de changement au sein des entreprises. L’expérience de Renault Trucks Volvo est, à cet égard, particulièrement intéressante. Je m’inspire de leurs travaux et de leurs écrits pour en rendre compte.

 

Philippe RégidorPhilippe Régidor, témoin, acteur et accompagnant du changement au sein de grandes structures propose une réflexion qui vise à répondre à la question suivante : devenir et être manager, cela s’apprend-il ? Au-delà de la réponse que d’aucun considèreront évidente, cet article nous apporte une réflexion structurée sur les différents niveaux logiques de Bateson/Dilts.

Jocelyne LemarchandLe troisième article montre comment le cheval permet de révéler et de travailler son leadership. Nous voyons ainsi combien la posture juste à développer est un équilibre entre douceur, détermination et autorité. Jocelyne Lemarchand, coach, consultante et formatrice, passionnée d’équitation et propriétaire de chevaux nous parle de sa pratique d’animation de ces séminaires managériaux d’un autre type.

Marie-Rachel JolivetLes 12 travaux d’Hercule ont ceci de spécifique qu’ils paraissent insurmontables et sans fin. Marie-Rachel Jolivet présente ici un troisième travail du demi dieu, comme métaphore managériale (les dieux du management). L’épisode mythologique du nettoyage des écuries d’Augias demande un minimum d’expérience mais aussi et surtout des capacités d’innovation pour résoudre avec élégance un problème réputé insurmontable.

Bruno CurnierEn Asie, nombre de managers et dirigeants succombent à l’addiction de l’alcool ou des narcotiques, notamment pour gérer le stress. Nous poursuivons notre cheminement d’accompagnement auprès des Alcooliques Anonymes. Bruno Curnier rend compte ici avec beaucoup de justesse et de profondeur de l’accompagnement qu’il mène auprès de l’un d’entre eux, manager et dirigeant côté pile, toxicomane côté face…

Comme toujours, nous vous remercions de vos feedbacks. Ils sont pour nous des encouragements pour poursuivre ce travail de fond de vulgarisation et d’enrichissement de nos paradigmes pour répondre aux mutations que nous traversons. En vous souhaitant bonne lecture.

Jérôme Curnier, fondateur de l’institut maïeutis

La dynamique du changement

La dynamique du changement

Voilà dix ans que j’interviens auprès des services de Renault Trucks AB Volvo en matière d’accompagnement au titre de coach et de formateur (depuis 2004) puis de superviseur des coachs internes (entre 2005 et 2012). Dès le début des années 2000, cette entreprise s’est résolument investie dans des démarches d’accompagnement du changement, en prenant en compte les dimensions humaine et managériale comme facteurs clés de réussite. Ces presque 15 années de développement les ont conduits à construire et à capitaliser best practices et autres outils du changement avec une réflexion de fond dont je m’inspire ici pour présenter la dynamique du changement en entreprise…

Devient-on manager?

Devient-on manager ?
par Philippe Régidor, invité de l’institut maïeutis pour cette contribution

La posture de manager est-elle innée ou s’acquière-t-elle ? Voilà que surgit de nouveau l’éternelle bataille entre l’inné et l’acquis !

Pour tenter de répondre à cette question, je pourrais centrer ma réflexion sur ma propre expérience de manager, ou bien sur ma posture de formateur qui mesure depuis longtemps la limite des formations « Outils ». Ou bien encore sur ma pratique de coach qui tente de comprendre et de résoudre les différents niveaux de blocage que rencontrent les managers de tous niveaux dans leurs pratiques au quotidien.

Leadership et équitation, « le cheval révélateur », par Jocelyne Lemarchand

Leadership et équitation,
« le cheval révélateur »

Un jour, l’enfant aperçut le cheval. Instantanément la fascination le saisit. Il sut que cette créature était l’expression même de la beauté. Un désir l’envahit : celui de ne pas le quitter des yeux, de se nourrir de sa magnificence. Il eut envie de s’en approcher, de lui monter sur le dos, de goûter à la vitesse, la puissance, à la complicité, au jeu, …

Il s’interrogea sur un thème sur lequel il ne mettait pas de mots : comment devenir complice de cet animal et en obtenir ce qu’il voulait ?

Il se retrouva dans un poney club, où une jeune et jolie monitrice lui confia la longe d’un poney en lui proposant de l’amener là où les autres poneys étaient préparés pour le cours. Le poney et l’enfant se regardèrent brièvement, l’enfant tira sur la longe, … et le poney aussi ! L’enfant tira plus fort, en vain. L’enfant semblait se figer. Cependant à l’intérieur, il était en proie à de fortes sensations, émotions, et remue-méninges …

Que vous évoque cette situation ? Quelle conclusion tirez-vous ?

Les Dieux du Management ou quand la mythologie donne du sens à nos pratiques managériales : les écuries d’Augias

Les Dieux du Management ou quand la mythologie donne du sens à nos pratiques managériales,
par Marie-Rachel Jolivet

Aujourd’hui : les écuries d’Augias

« Les Dieux du Management – Parcours Dolomite » est le nom donné au cycle de formation que j’ai créé avec Michel Ganansia, inspiré par les travaux d’Hercule[1]. Ce parcours de quatre cycles de six jours (comportant chacun trois travaux) s’adresse à des managers jeunes et/ou déjà confirmés. Pour plus de détails se reporter à la description dans le site de l’institut maïeutis.

Dans la lettre trimestrielle de septembre 2013, j’évoquais la première mission d’Hercule qui consiste à confronter le Lion de Némée. Ce travail appartient au cycle « Les personnalités difficiles ». En janvier 2014, j’abordais l’Hydre de Lerne, qui appartient au cycle « Les situations conflictuelles ». Voyons aujourd’hui comment il se sort d’une tâche ingrate : « nettoyer les écuries d’Augias », qui appartient au cycle « Résolution de problèmes ».

Nettoyer les écuries d’Augias : bonne nouvelle ! Votre héros sait faire autre chose que de tuer des monstres ! Dites-moi, ce travail-là est bien connu, mais je ne sais pas ce qu’il a fait ni en quoi ces vertus ménagères vont être utiles au manager exemplaire que je souhaite devenir ?

Témoignage sur la sortie de l’addiction de l’alcoolisme

Témoignage sur la sortie de l’addiction de l’alcoolisme, par Bruno Curnier, responsable de l’institut à Hong Kong et Peter, dirigeant et consultant.

Habitant depuis maintenant neuf ans à Hong Kong après avoir résidé 20 ans à Londres, j’ai vendu il y a quelques années l’entreprise de consulting en finance internationale que j’avais fondée en Angleterre et dont j’avais ouvert une succursale en Asie. Mon désir de réorienter ma carrière vers le consulting relationnel et humaniste devenait de plus en plus fort et je ne parvenais plus à me mobiliser dans une activité dont le fin mot était l’argent. Pour donner corps à cette réorientation, j’ai suivi la formation d’accompagnant (coach) en milieu professionnel que propose l’institut maïeutis et j’ai ouvert l’enseigne de l’institut en Asie.